C.R. divers

1er courrier

Compte-rendu réunion du mardi 17 octobre 2017

Objet : Sécurisation de la pratique du Kitesurf

Présents :

Mairie d’Aytré : Alain TUILLIERE, Martine VILLENAVE, Katia GROSDENIER, Patrick BOUYER,  Yannick  GAUTREAU

FF Voile : Claire FOUNTAINE, Jacques CATHELINEAU, Laure COLLIN

FF Vol Libre : Matthieu LEFEUVRE

CDA La Rochelle : Mathieu DUPONT

DDCS : Jean Marc JUNCA

DDTM : Marina PINCHON

Département  17 : Sébastien PUEYO, Guillaume METAYER

Ville La Rochelle : Christophe BAUFILS

Ville Chatelaillon : Stéphane VILLAIN, Christiane STAUB

Ville Angoulins : Maurice CAILLAUD

Aytré Kite 17 : Gwénaël TEXIER, Arnaud HAGENBACH, Loïc COLLARD, benjamin RUFFIN

Lhookipa : Frédéric MICHEL

Aytré Funboard : Benoit RAFFOUX

SDIS : David CARON

 

Deux accidents de Kitesurf, dont un mortel, se sont produits dans la baie d’Aytré, dans les 3 dernières années. Face à ce constat, le but de la réunion est de réunir tous les acteurs concernés par la discipline, afin de rechercher, ensemble, des solutions visant à améliorer la sécurité de ce sport.

Une première réunion : Mairie / association locale Aytré Kite 17, qui s’est tenue le 20 septembre dernier, a permis de dresser un premier constat et déjà de dessiner quelques pistes de réflexion.

Stéphane VILLAIN juge ce sport « magnifique » visuellement et souhaite la poursuite de son développement. En revanche, il s’interroge sur les normes de sécurité établies car nombre de pratiquants confirmés sont victimes d’accidents.

Gwénaël TEXIER indique que le Kitesurf est un sport jeune et que le matériel a évolué depuis les 15 dernières années. La discipline est encadrée et le matériel répond aux normes AFNOR. Par ailleurs, les causes d’accidentologie  sont de 3 ordres : Les conditions météos, les problèmes techniques et les comportements humains. La 3ème cause est la plus souvent à l’origine des accidents dont la plupart survient lors du décollage. Il précise que le club Aytré Kite 17 qui regroupe une cinquantaine de licenciés mène une action de sensibilisation sur une pratique sécurisée, auprès des kitesurfeurs, évoluant sur la baie d’Aytré. Le message véhiculé est de ne pas se surestimer. Les pratiquants ne terminent pas toujours leurs formations qui sont relativement onéreuses. Ainsi, ils ne maîtrisent pas toujours les réflexes qui sont enseignés dans les écoles.

Claire FOUNTAINE, Vice-présidente FFVoile, informe que la Fédération Française de Voile a pris la délégation de l’activité Kitesurf depuis quelques mois. Après une visite du site avec le Directeur Technique National, elle considère qu’Aytré possède un spot important et privilégié. L’objectif est d’atteindre 0 accident.

Jacques CATHELINEAU, DTN Voile, juge très satisfaisant, l’affichage porté sur les panneaux, à la Colonelle. Cependant, l’information sur le site peut toujours être améliorée. La FFV et la FFVL peuvent apporter leurs concours pour faire des préconisations aux Mairies, en matière d’affichage.

Le constat du balisage actuel présente, au Nord de la baie, une zone protégée par la dune et au Sud, une zone « mortelle » de décollage, due à la présence d’un cordon d’enrochement. Il préconise de placer un panneau d’interdiction de décollage dans cette zone et de décaler  la zone réservée au Kitesurf, vers le Nord. Cette mesure peut générer un conflit d’usage avec les plagistes, en pleine saison. Il faut imaginer un système de flamme ou de pictogramme, facilement identifiable, pour informer le public sur les différentes zones à respecter. Une communication en direction des Communes environnantes est nécessaire pour réguler l’affluence des pratiquants de Kite. Enfin, il évoque l’idée de personnes présentes sur site pour informer les riders sur les règles de bonne conduite, en matière de sécurité.

Jean Marc JUNCA précise que lors des 2 derniers accidents, les victimes ne portaient pas de casque. Faut-il rendre obligatoire cette disposition ? Il indique que peu de structures associatives, dans le département, ont mis en place un « Beach marshal » pour réguler les pratiques sur les sites.

Matthieu LEFEUVRE confirme que le facteur humain est le plus fréquent, mais que très souvent, les accidents sont d’origine multifactorielle. Le rapport d’enquête, réalisé en interne « FFVL », montre que la problématique du site d’Aytré  est à relativiser et que les autres causes ne doivent pas être négligées. Aytré est un site « facile » qui est rapidement saturé car il attire de nombreux pratiquants. A marée haute, les obstacles sont proches. Il faut réunir un groupe d’experts pour mener une réflexion au niveau départemental pour désengorger le spot. La présence physique d’un référent (Beach marshal) sur site génère des effets bénéfiques. En revanche son coût est relativement cher.

Stéphane VILLAIN propose à la FF Voile de s’emparer de la question et d’étudier un plan de développement de l’activité Kitesurf au niveau de la Charente Maritime. Faire un diagnostic, observation de chaque site, intégrer les autres disciplines, rédiger un code de bonne conduite, pour déboucher sur un livre blanc de la pratique du Kitesurf sur le 17.

Benjamin RUFFIN indique que l’association Aytré Kite 17 encourage les adhésions au club afin que chaque pratiquant possède une assurance Responsabilité Civile. En accord avec la Mairie, certains membres sont présents pour faire de la prévention, mais ne peuvent rien imposer. L’idéal serait quelqu’un ayant une certaine légitimité, donc une autorité. Il propose de rechercher un financement pour acheter des casques à offrir pour encourager les pratiquants à se protéger (idée de banalisation du port du casque).

David CARON estime que la responsabilité des Communes est d’interdire l’activité lorsque les conditions météos sont mauvaises. Il faut définir des niveaux de pratique par rapport aux conditions météos et à l’environnement. Les Maires gardent toute autorité pour réglementer les différentes disciplines.

Frédéric MICHEL évoque la prise en compte des autres disciplines dans l’étude. A Aytré, la séparation géographiques des pratiques Kitesurf et windsurf est indispensable en raison de la densité sur le spot. De nouvelles pratiques qui se développent, telles que le «Foil», accentuent les risques de collision.

Sébastien PUEYO indique que les espaces vides, entre les rochers, ont pour but d’absorber l’énergie des vagues lors des grosses marées ou tempêtes. L’ensablement du cordon d’enrochement modifierait considérablement leur rôle. Cette opération représenterait un coût d’investissement important et des coûts d’entretien dont le financement est à trouver. Le sable disparaitrait très rapidement.

Alain TUILLIERE souligne la possibilité du déplacement de la zone de Kite et d’orienter les promeneurs ou plagistes à l’aide de panneaux d’information. Il évoque qu’un travail est à enclencher avec le concours du Département et des Fédérations.

Claire FOUNTAINE est favorable pour continuer dans un processus d’échanges, durant cette phase de transition. Elle remercie Alain TUILLERE d’avoir organisé cette réunion.

Compte-rendu rédigé par Yannick GAUTREAU

2ème courrier

———- Message transféré ———-
De : Yannik GAUTREAU <animsport@aytre.fr>
Date : 6 décembre 2017 à 14:42
Objet : Re: Compte-rendu de réunion du 17 octobre
À : aytre kite <aytrekite17@gmail.com>


Bonjour Katia,
Je viens de recevoir le mail, ci-dessous, d’ Aytré Kite 17.
Je te propose la réponse suivante. Qu’en penses-tu ?
En pièce-jointe, je te communique le bilan de l’ARS, reçu ce matin, sur la qualité des eaux de baignade sur le département.
Bonne lecture et merci pour ta réponse,
Cordialement

Mail adressé à Aytré Kite 17 :

Bonjour,
Comme vous le savez, la baignade dans la baie d’Aytré est classée en insuffisante qualité, depuis 2013. En application d’une directive du 15 février 2006,
les eaux de baignade qui sont de qualité insuffisante, pendant 5 années consécutives, peuvent faire l’objet d’une interdiction permanente de baignade ou une recommandation déconseillant de façon permanente la baignade.
L’Agence Régionale de Santé nous indique que ces dispositions sont toujours à l’étude.
Pour l’instant, aucune décision municipale n’est prise concernant ce sujet et nous n’avons pas toujours pas de réponse sur une éventuelle interdiction de la pratique d’activités nautiques
sur le secteur de la part de l’ARS ou de la DDCS. Je m’engage à les relancer dans les jours prochains.
En cas de réponse positive, je peux toutefois vous confirmer, comme Mr le Maire l’avait suggéré, que la zone de navigation serait déplacée vers le Nord, quelque soit les décisions prises par l’ ARS,
sur une interdiction ou pas de la baignade.
De ce fait, les panneaux d’information seraient bien sûr à revoir.
Je reste à votre disposition pour vous transmettre toutes nouvelles informations
Cordialement

Yannick GAUTREAU
Responsable
Service des sports
Mairie d’Aytré